[Tutoriel] Comment poser un voile flou sur vos photos dès la prise de vue?

Chères lectrices, chers lecteurs,

le flou est un effet dont il est possible d’user en photographie. Comme pour toute chose il faut savoir en user avec parcimonie. Comme nous allons le voir le flou obtenu à la prise de vue procure un résultat assez onirique et ambiancé, qui peut être par exemple le prétexte d’une belle série de photos.

  • Les différentes façons d’obtenir du flou
  • Tutoriel avec un appareil reflex et un trépied
  • Utilisation du flou dans vos compositions et votre pratique

Photo ci-dessus par FelixMittermeier (artiste présent sur le site pixabay.com)

Les différentes façons d’obtenir un flou

L’image qui ouvre cet article propose une composition entièrement floue, avec une absence complète de netteté. C’est un jeu sur la texture, dont on devine à peine la nature. C’est en quelques sortes un flou intégral, obtenu de la façon la plus simple qui soit, en faisant une mise au point manuelle et en faisant en sorte volontairement que l’image ne soit pas nette. Ce type de composition ne peut pas vraiment rendre compte de la texture qui compose la photo. Le sujet n’est pas une personne, une fleur, un objet qui aurait été flouté, le sujet est l’ambiance entière créée quand on regarde le cliché.

Une autre façon d’obtenir du flou est d’effectuer un travail particulier au traitement logiciel. Baisser considérablement le contraste local permet d’obtenir une sorte de voile flou sur la photo. L’effet a son efficacité et même ses fan, hélas souvent il rend une composition qui sent la travail laborieux, en clair la photo manque de naturel. L’intention du photographe est peut-être de manquer de naturel, si c’est assumé dans ce cas il n’y a rien à dire. Cependant souvent il s’agit plutôt d’un effet raté. L’artiste voulait créer une ambiance voilée et floue autour de son sujet, a réalisé une belle prise de vue en pensant jouer sur le traitement logiciel pour créer l’impression de flou. Hélas le résultat donne une photo où le traitement est un peu trop visible, en effet baisser le contraste local a pour effet de lisser de façon exagérée les textures. Donc soit on baisse le contraste local suffisamment pour avoir du flou (qui se manifestera surtout en arrière plan avec cette méthode) mais on obtient un sujet trop lisse, soit on relève un peu le contraste local mais dans ce cas le flou n’est plus du tout évident (et passera pour une erreur de mise au point).

La première méthode, en jouant sur la mise au point à la prise de vue, donne un beau résultat, hélas l’ensemble est flou. Ce n’est donc pas la bonne méthode pour avoir un simple voile flou sur un sujet bien déterminé. Si nous voulons prendre un sujet simple (par exemple une fleur), faire en sorte qu’elle soit nette (la mise au point faite dessus), mais plongée dans une ambiance voilée un peu onirique, comment faire? C’est ce que nous allons voir dans la seconde partie, le tuto.

Tutoriel avec un appareil reflex et un trépied

Notre objectif est simple: prendre une photo d’un hortensia en donnant une ambiance onirique, feutrée et douce, donc un voile flou assez discret pour avoir la fleur nette, mais assez présent pour avoir notre ambiance.

Pour réaliser cette photo vous avez besoin d’un appareil reflex et d’un trépied.

Commencez tout simplement par mettre votre appareil sur pied, puis cadrez l’image sur une fleur comme bon vous semble.

Mettez-vous en mode manuel. Mettez les ISO au minimum (100 sur la plupart des appareils). Réglez l’ouverture selon votre goût (il s’agit d’une photo dite « proxy », de proximité, une grande ouverture pour mettre en avant la fleur est une bonne idée). Réglez votre vitesse pour mettre le posemètre à « 0 ».

Faites la mise au point en appuyant à mi-course sur le déclencheur. C’est là où intervient l’astuce: il vous faut alors passer en mise au point manuelle. Ceci fait, soufflez sur votre objectif jusqu’à ce qu’il soit recouvert de buée, ensuite vous n’avez plus qu’à déclencher.

Passer en mise au point manuelle est obligatoire, sans quoi votre appareil aurait fait le point sur le sujet devant lui, à savoir la buée (en fait il n’aurait pas pu faire la mise au point, il aurait patiné dans le vide).

Il faut faire plusieurs essais. La quantité de buée est variable, à vous de sélectionner la prise qui vous convient.

Vous obtiendrez un cliché comme celui-ci, un bouton d’hortensia photographié dans mon jardin. J’ai appliqué un traitement très léger: une petite correction d’exposition, un peu de contraste général, une courbe des tons en léger S, un brin de vibrance, c’est tout.

Si vous êtes patients, attendez des moments de la journée où la lumière va venir sculpter le décor. La luminosité est intéressante sur ma photo, mais avec d’autres configurations de buée (là pas de miracles, faut faire plusieurs essais) et d’éclairage le rendu peut vraiment être sublimé.

Petite astuce à laquelle j’ai pensé (mais trop tard), vous pouvez caler votre posemètre en légère surexposition. En effet la mise au point et la mesure d’exposition sont faites sans buée. La buée va un peu rendre de la matière sombre, ainsi surexposer d’un tiers d’IL semble correcte. Pas d’obligation cependant, il s’agit dans tous les cas d’une correction très légère aisément faisable au traitement.

Cette méthode permet de rendre une ambiance onirique de façon naturelle. L’essentiel du travail est effectué à la prise de vue. C’est un concept assez général en photographie, soignez la prise de vue, faites le maximum à la prise de vue, le traitement logiciel en sera facilité.

Utilisation du flou dans vos compositions

Cette utilisation du flou léger permet de garder le sujet net, avec une ambiance particulière. Cette technique de prise de vue peut convenir à des portraits de couples, avec un rendu qui peut s’avérer très classe. C’est surtout une manière de faire de la photo autrement qu’avec un logiciel. Le logiciel est nécessaire bien entendu, cependant comme nous avons vu il est souhaitable que l’essentiel du travail soit réalisé à la prise de vue. Il y a un aspect pédagogique à réaliser ce type d’ambiance floue, apprendre à optimiser les choses avec ce qui fait la base de la technique: le choix de l’ouverture, l’exposition, la mise au point. Ces notions étaient utiles du temps de l’argentique, elles le sont encore du temps du numérique. Elles le seront toujours présentes!

N’hésitez pas à vous abonner au blog, vous recevrez pour vous souhaiter la bienvenue un petit livre, « 10 principes pour donner de la force à vos photos », qui je l’espère vous aidera à renouveler votre pratique de l’image.

Bonnes photos et à bientôt!

Julien.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *